Clust'art

This WordPress.com site is the bee's knees

Concept : les Fab Lab

Le terme de Fab Lab est encore relativement neuf dans la langue française. L’appellation n’est apparue qu’il y a trois ans en France. Mais que recouvre ce nom à la sonorité aussi ludique qu’obscure?

Un concept pour de multiples déclinaisons

Le tout premier Fab Lab est né à la fin des années 90 au MIT. Il s’agissait alors d’un atelier industriel utilisé par les étudiants. Cette première version va être à la base d’un réseau mondial très actif et d’une charte guidant les Fab Lab du monde entier.

Aujourd’hui, constatant les différentes directions dans lesquelles se lancent les Fab Lab, voici ce que l’on peut conclure. Ces Labs sont des ateliers, plus ou moins grand, dont chacun peut utiliser (à moindre coût ou gratuitement) les outils pour construire à peu près tout et n’importe quoi. On y retrouve des imprimantes 3D, des outils de découpe pour le métal, le bois, le verre, le tout piloté par des logiciels en licence libre.

Pédagogie et art

Lorsqu’il est né, le concept avait une visée pédagogique. Mais fraichement débarqués en France, les Fab Lab quittent le champ des écoles et mettent en avant leur dimension de partage, d’ouverture, et d’innovation, notamment en permettant à qui le veut de fabriquer l’objet qu’il a imaginé.

Ils se tournent également vers l’art et se font incubateur de créations numériques avec la volonté de non seulement fournir les ressources et les outils dont un artiste peut avoir besoin, mais aussi en se faisant le porte-parole et la plateforme d’échange privilégiée de la création digitale .

On parle alors d’Art Lab, tel que celui que Digitalarti a ouvert à Paris. Celui-ci se présente comme le premier Fab Lab pour artistes et créateurs : http://url.exen.fr/58439/.

Autre possibilité, l’architecture, comme le Fab Lab de Barcelone qui a choisi d’oeuvrer dans ce domaine: http://fablabbcn.org/

Une réponse à des besoins

Mais ces Fab Lab, dont on dénombre environ une quarantaine d’exemples à travers le monde, sont aussi très présents en Afrique, où ils représentent une manière innovante de répondre aux besoins de certaines populations isolées. Ainsi, un village du Kenya a pu fabriquer ses propres pompes à eau sans avoir besoin de faire venir les pièces de l’étranger. Ailleurs, ces ateliers représentent une opportunité pour de jeunes PME qui s’épargnent dans un premier temps l’achat de certains outils.

A l’heure du co-working et des espaces partagés, les Fab Lab permettraient donc de franchir une étape de plus dans la mutualisation des ressources. En Belgique, si on peut noter qu’il existe des laboratoires artistiques (http://www.lab-art.be/), il n’existe cependant pas encore de Fab Lab tel que le réseau dit « officiel » l’entend.

Pour terminer, voici une enquête, très complète, revient sur l’origine du phénomène et l’actuelle répartition mondiale des Fabs Lab.

 Envie de plus de news tendances? Suivez-nous sur https://www.facebook.com/Clustart

Les photographies sont la propriété des articles cités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le août 14, 2012 par dans Concept.

Navigation

%d blogueurs aiment cette page :