Clust'art

This WordPress.com site is the bee's knees

Outils : Développer votre projet grâce au crowdfunding?

Si le crowdfunding ne vous évoque pas grand chose, vous devez néanmoins avoir déjà entendu parler de ce concept : les internautes investissent une somme dans un projet qui les séduits. Pour ce projet, un budget à atteindre et un laps de temps sont définis. Si au bout de cette période, suffisamment d’argent a été rassemblé, le projet se concrétise et les internautes sont alors débités de la somme engagée. En contrepartie, ils sont récompensé par un cadeau généralement proportionnel à leur investissement.

Crowdfunding et financement participatif, chou vert et vert chou?

Les deux modèles sont en effet similaires. Pour les deux, une communauté d’internautes est sollicitée, ils engagent une certaine somme d’argent sur un projet pour lequel un budget et une période ont été définis. La différence se situe au niveau du retour en cas de concrétisation du projet. Dans le cas du financement participatif, l’internaute attend un retour sur investissement, que ce soit une somme fixe, ou un pourcentage des ventes d’un produit. C’est par exemple le cas de My Major Company qui a attiré l’attention sur elle en permettant au chanteur Grégoire de sortir son premier album.

Le crowndfunding ne garantit pas ce type de retour. L’internaute s’en remet au bon vouloir du porteur de projet, qui décide lui-même de qui gagnera quoi en fonction de la somme engagée. Autant dire qu’il vaut mieux rivaliser de créativité pour attirer du monde! Voici une liste présentée par Toc-Arts.org du type de cadeaux auxquels on peut s’attendre dans le crowdfunding :

– Pour un petit financement (entre 0-10€) ce sera souvent une copie électronique du projet (livre ou BD au format ebook, musique au format wave ou MP3 …). Jetez un oeil à ces exemples à 1$ sur Kickstarter (en anglais).
– Pour un financement plus important (de 10 à 30€) ce sera une copie physique du projet (livre papier, album au format CD, …)
– Pour un financement plus conséquent (de 30 à 100€) cela pourra être une édition limitée (livret spécial dédicacé et tiré a quelques exemplaire seulement, coffret avec des bonus, formats originaux, vinyles, clés USB, merchandising spécial, …)
– Au delà, on voit souvent des expériences personnalisées (accès backstages, diner avec l’artistes, chanson, poème, dessin écrit spécialement pour l’internaute financeur. Celui ci peut même être invité à participer à une partie de la création du projet). Ici l’originalité est reine. A vous de savoir ce qui peut intéresser vos fans et leur faire plaisir. Certains artistes s’amusent aussi à mettre des contreparties fantaisiste pour des prix improbables, … et ca marche !

La limite entre les deux modèles reste floue, puisque le financement participatif tend parfois à offrir d’autres contreparties en plus du retour sur investissement, comme Ulule ou My Major Company le font. Au fur et à mesure que le modèle du crowfunding devient connu, il est de plus en plus utilisé, parfois pour désigner ce qui n’est pas réellement du crowfunding.

Pour qui? Pour quoi?

Si au départ, My Major Company (qui comme on l’a compris, n’est pas vraiment du crowfunding, sauf que si, un peu quand même) se destinait à la musique, leur activité s’étend aujourd’hui à la bande dessinée, aux livres, à la photographie et à la technologie. C’est le cas d’autres sites comme Kickstarter ou KissKiss BankBank, qui sont très généraliste au niveau des projets proposés, comme cette tasse en lévitation (plutôt jolie non?).

via The Trendy Girl

Mais le concept s’étend aujourd’hui à d’autres domaines et prend parfois des tournures surprenantes. Petit tour d’horizon…

Commençons avec Plemi, qui permet d’organiser des concerts. Les places sont pré-vendues sur internet, le nombre de places à vendre pour rentabiliser le concert est fixé et si ce nombre est atteint, le concert à lieu. Le modèle présente deux points forts : l’assurance d’un concert rentable et la possibilité pour les fans d’être acteur de la promotion, ils deviennent moteur d’un évènement. Toc-Arts explique même comment réaliser votre propre site de crowdfunding.

En cinéma, si les autres sites peuvent aider à financer des courts-métrages ou des longs-métrages plus confidentiels, les grosses productions s’y mettent aussi avec le site Movie Angels. Les fans contribuent à la production du film et se voient récompensé avec des dédicaces, des projection privée, des places de cinéma, etc. Récemment, le film Thérèse Desqueyroux avec Audrey Tautou est sorti dans nos salles grâce à Movie Angels.

Aux Etats-Unis, Smallknot permet d’investir dans votre économie locale. Le site aide ainsi les projet à se concrétiser mais aussi à faire connaître les initiatives au sein de la communauté dans laquelle elles prennent place. Pour le moment, des projets sont nés à New York et en Caroline du Sud.

En Finlande, le crowdfunding se met au service de la communauté. Les internautes peuvent investir (et même se porter volontaire) dans la réalisation de projet communautaire. Ils peuvent agir sur ce qu’ils souhaitent changer dans leur environnement. BrickStarter, c’est ainsi que ce site se nomme, est pour l’instant un prototype mais il travaille avec le Fonds Finnois pour l’Innovation afin de se rendre accessible au plus grand nombre.

Du côté de la littérature, le crowdfunding n’aide pas seulement à la publication. Unglue.it est par exemple destiné aux e-books. Souvent, les livres électroniques sont équipés de DRM, des sortes de verroux qui font que seul celui qui possède les droits sur un e-book peut le lire, il ne peut pas le partager avec d’autres internautes. Sur Unglue.it, un internaute peut mettre en ligne un livre électronique dont il possède les droits (en d’autres termes, qu’il a payé). Si une somme suffisante est atteinte, l’auteur est payé et le livre est re-publié sous format électronique sans DRM. Un premier livre a ainsi été déverouillé et est accessible à tous sur le site internet.

Enfin, voici en vrac d’autres modèles de crowdfunding pour vous inspirer : ToGather Asia se concentre par exemple sur les projets  qui prennent place en Asie, Fundable et Crowdcube s’orientent pour leur part vers l’investissement dans des start-ups et la levée de fonds, ou encore Rock the Post, qui combine le crowdfunding à un réseau social. Pour les découvrir plus en détail, c’est sur Influencia que ça se passe!

Tentés par l’aventure du crowfunding? Avez-vous déjà essayé? Avec quels résultats?

Envie de plus de news tendances? Suivez-nous sur https://www.facebook.com/Clustart

Les photographies sont la propriété des articles cités.

Publicités

2 commentaires sur “Outils : Développer votre projet grâce au crowdfunding?

  1. Pingback: Stylisme : comment le web aide à innover « Clust'art

  2. Pingback: Retour à la matérialisation | Clust'art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le septembre 21, 2012 par dans Outils, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :